Le printemps de Mélilot

AAAAAAh Mélilot, Mélilot !! Même moi qui ne suis pas très regardante des dernières sorties du dernier patron indépendant, je n’ai pas pu passer à côté de la déferlante Deer and Doe pour la sortie de leur dernière collection. Et les visuels de Mélilot, m’ont très vite fait craquer. Pourtant je n’en suis pas à ma première chemise et je cultive de savants doutes sur la portabilité des manches kimono sur moi. Mais voilà, je ne suis pas toujours rationnelle, et se faire un peu plaisir en succombant à une impulsion pas complètement en accord avec la ligne de conduite est aussi salvateur. Suis pas au bagne non plus…. Et un craquage de temps en temps, c’est le meilleur remède contre le craquage récurent (c’est une nouvelle théorie, oui, ça vient de sortir 😉 ). Trêve de blabla, j’ai succombé à Mélilot, principalement dû aux visuels qui sont superbes.

SONY DSC
La courbe des manches kimono de mélilot suit la ligne d’épaule pour limiter les plis.

A peine commandé, directement fantasmé, j’ai été faire un tour dans mon stock de tissu. Quand je dis ça, j’ai l’impression d’être Purnelle qui va dans chercher un bouquin dans les archives de Spirou trié par Gaston Lagaffe himself. Bon OK, j’exagère un peu (de nouveau…), mais tout de même, il y a matière à analyse et choix dans mon stock de tissus.

lagaffe
Bienvenue dans mon stock de tissu!!! (et dans mes références préferées!)

 

Je me suis rapidement décidée pour faire une première version dans un voile de coton. Nous l’appellerons pour plus de simplicité : la tapisserie. Il est super léger pas spécialement fluide mais à un bon potentiel de déformation dans le biais. J’ai récupéré ce voile de coton dans une trocante tissu à Bruxelles. Avec autant de doutes que d’attraction pour cette petite chose. Enfin « petite chose », tout est relatif puisque le coupon fait un bon 3m. Dans mes hésitations et mes doutes, je me suis finalement lancée en me disant qu’au pire, ça en ferait une toile.

SONY DSC
Le voile de coton c’est transparent. Et petit zoom sur le mini ourlet pas toujours très fluide dans son arrondi… Je ferai mieux la prochaine fois!

Le choix est relativement vite fait quant aux différentes options qu’offre le patron : ça sera la version manches courtes, col Mao et patte de boutonnage apparente. Le patron propose les variantes suivantes : manches longues, col rond avec pied de col et patte de boutonnage cachée. Avec mon tissu tapisserie, autant viser un modèle relativement simple.

Perdue dans mes hésitations relatives au tissu, je me suis enfin lancée dans la coupe de la bête. J’ai taillé Mélilot en 42. Une taille de plus que ma taille habituelle en Deer and Doe (en même temps je n’ai que la Datura à mon actif). Pourquoi une taille de plus alors que le tableau des tailles reste inchangé ? Le flair peut être. Et je ne le regrette pas. La limitation ne se situe pas au niveau de la poitrine, ni au niveau des hanches, mais bien au niveau des épaules ! Et cette mesure n’apparaît pas sur le tableau des tailles.

SONY DSC
L’ourlet du dos et la ligne générale

Niveau couture il y a plusieurs points qui sont importants pour moi :

  1. Faire des arrondis avec du voile de coton, c’est vraiment pas simple. Je ne vais pas vous mentir, réussir ce mini ourlet très arrondi a été une vrai bataille. Et coudre les poches au corps de la chemise n’a pas été une ballade de santé non plus. Alors ne vous trompez pas, pour avoir un résultat acceptable sur ces points-là, il faut précision, patience et minutie. Et encore mon tissu avait le bon gout de ne pas glisser, un bon point pour lui ! Avec une viscose ou tout autre tissu fuyant, ne vous lancez pas dans ce beau projet sans un amidonnage en règle de la bête.

    SONY DSC
    detail du petit col mao.
  2. Les marges de coutures, attention : polémique ! Je ne suis pas une habituée des patrons indépendants. Globalement, je couds plus des patrons maison ou de Burda. Je ne suis donc pas habituée aux marges de couture incluses. Et surprise je n’aime pas ça ! Je n’aime pas ça, parce que ça m’oblige à coudre avec le nez dans le livret d’instruction pour être certaine de ne pas me tromper par rapport aux marges pré-incluses et qui de temps en temps varient pour un même patron. Je n’aime pas ça, parce que je n’ai pas trouvé dans le livret une seule ligne disant « toutes les marges sont » de 1,5cm (??) et donc jusqu’au bout du projet j’ai cultivé le doute. Je n’aime pas ça parce que d’un projet à l’autre, avec le même patron j’entends, je ne coupe pas toujours les mêmes marges de coutures. Ben oui, quand vous faites une toile, c’est plutôt 2 cm de marge et pour un projet validé en mode roule ma poule, je suis du genre à couper à 0,7 cm. 1,5 cm me semble énorme et j’ai l’impression de gaspiller mon beau tissu…. Je n’aime pas ça parce que si vous voulez faire des adaptations sur le patron, il faut soustraire puis rajouter les marges de coutures, autant de chances de vous planter de nouveau. Je n’aime pas ça parce que quand par mégarde vous vous retrouvez avec un surplus de couture ou un embu conséquent à absorber, la vérification sur le patron est aussi plus compliquée. Je n’aime pas ça parce que d’un tissu à l’autre, je ne choisis pas la même technique de finition et il est alors plus compliqué d’adapter les marge de couture en fonction. Et enfin, coudre un col ou une emmanchure (ce qui n’est pas le cas de Mélilot) avec des marges de 1,5 cm, c’est vraiment plus compliqué. Bref les marges incluses, contrairement à ce que la majorité des couturières semblent exprimer sur la blogosphère, je suis pas fan. Enfin, sauf pour les projets full jersey ou je ne suis pas contre des marges incluses de 0,5 cm (l’effet surjeteuse…). Voilà, c’est dit ! Suis-je la seule à penser comme ça ??SONY DSCSinon les explications sont limpides. En même temps je n’en suis pas à ma première chemise et je n’ai pas pu m’empêcher de faire à ma sauce pour monter le col à ma manière (esprit rebelle !). Mais les schémas sont complets et compréhensibles.
  3. Les coutures anglaises. C’est super les coutures anglaises, je suis une grande adepte de cette finition. C’est chouette que le patron la propose et que ça permette à certaines couturières de se familiariser avec cette technique. Mais dites-vous bien que vous pouvez l’appliquer à toutes vos cousettes avec les marges de coutures appropriées pour autant que votre tissu soit assez léger et que les courbes ne soient pas trop marquées. En effet, le crantage est de-facto impossible entre la première couture et la seconde qui peut avoir tendance à tirer sur les courbes concaves (typiquement la courbe sous l’aisselle de Mélilot). Pour les courbes convexes (type emmanchures) pas de problème, mais il faut être très minutieux pour absorber l’embu convenablement.

    SONY DSC
    Boutons de récup (j’en ai mis 2 de moins que préconnisés dans le patron).

Alors passons maintenant au fit.

  1. On ne va pas se mentir Mélilot n’est pas un modèle près du corps et donc en terme de profil on est loin d’une mise en valeur optimale de mon adorable physique. Il est donc super important de choisir un tissu aussi léger et aussi fluide que possible pour éviter l’effet montgolfière. La transparence légère de mon voile de coton et sa grande légèreté contrebalancent sa fluidité toute relative. Cela reste d’après moi un bon choix de tissu.
  2. L’ourlet devant et dos sont selon moi très esthétiques et pile poil dans la tendance du moment. Cependant, je ne suis pas sûre de faire un ourlet si long dans le dos pour ma prochaine version. Ça dépendra aussi de l’usage que je lui destinerai – bureau / pas bureau ?

    SONY DSC
    Voila donc le profil. Pour ne tromper personne, Mélilot de profile est large.
  3. La question des épaules. J’ai récemment passé un peu de temps auprès de Mr Marcel à l’hôpital (rien de grave ; juste assez pour se rappeler qu’on doit profiter de tous les bons moments et des belles choses qui nous entourent – fin de la minute Bisounours J). Je venais juste de terminer Mélilot et j’étais en pleine réflexion sur l’aisance au niveau des épaules. Et là ça m’a frappé. Les infirmières et les infirmiers portaient ce genre de blouse avec des manches kimono presque droite et très large. Une liberté totale de mouvement mais une ligne pas très flatteuse. La manche Kimono de Mélilot est dessinée avec une courbe assez prononcée vers le bas permettant de limiter les plis aux emmanchures et d’avoir une ligne globale plus esthétique. Les conséquences sont doubles :

    blouse-tunique-medicale-mixte-bleu-infirmiere
    Tajours garder en tête que ça c’est moche! Limite à ne pas franchir en faveur du confort! 🙂
  • Quand on lève les bras avec ce genre d’emmanchure, le bas du vêtement remonte beaucoup. Ce qui n’est en soit pas un problème avec le parton tel quel puisque l’ourlet est relativement bas, mais attention si d’aventure vous vouliez racourcir le bas de Mélilot.
  • Quand on a des épaules un peu plus larges on se retrouve engoncé dans ses mouvements. Je ne suis pas dans la morphologie type de Deer and Doe qui est en général patronnée pour les morphologies en A. Qui dit morphologie en A dit épaules et buste plus menus par rapport aux hanches et au bassin. Ce qui n’est clairement pas mon cas . Et pourtant je sentais le coup arrivé puisque j’ai coupé Mélilot une taille au dessus de ma taille. Je ne suis pas vraiment engoncée, mais je sens quelques limitations dans certains mouvements. Si vous êtes dans ce cas-là (le club des déménageuses ), que faire ? Tracer le patron avec une taille au-dessus pour la partie supérieure du patron ou essayer de redresser la courbe d’épaule de 1 ou 2 cm en veillant à faire les adaptations nécessaires au niveau des manches ou des revers de manches. Esthétique VS Confort. Une question récurrente de la couture !
  • Suggestion : comme la limitation sur ce patron ne se situe pas au niveau de la poitrine, mais bien des épaules, il serait peut-être pratique pour les couturières que Deer and Doe ajoute la mesure des épaules dans le tableau des tailles. C’est juste une suggestion, mais ça permettrait de se positionner plus facilement par rapport au gabarit type de Deer and Doe.

    SONY DSC
    OUI oui, le levé de bras. C’est là qu’on est content qu’elle soit un peu longue la mélilot!!

En définitive Mélilot est un très joli patron et cette réalisation sera, j’en suis sure, portée tout l’été. Elle a l’avantage de protéger mes épaules de blonde, d’être très chaleur-compatible et d’apporter de la couleur et de la vie sur un bête short ou un jeans. Par contre du fait de son ampleur je n’ai pas trop de gilet adapté. Sous une emmanchure de gilet standard un peu près du corps, Mélilot à tendance à faire n’importe quoi et essayer de sortir par toutes les ouvertures possibles. Elle se tortille dans tous les sens. Bref, la combinaison demande encore un peu de recherche pour parfaire la tenue en soirée d’été avec Mélilot. Trop dur la vie 😉

SONY DSC
Avec le grand motif, on voit moins les plis au niveau des manches que sur un tissu uni.

Et il y a une version plus formelle de Mélilot en cours de réflexion !

Bon, entre temps j’ai expérimenté d’autres manches Kimono (Burda).

C’est que cet été, je vais être à la mode moi….. Je vous en parle très vite !

SONY DSC
Le printemps plus fort que ces marques indélébiles que l’humain laisse derrière lui?

 

Advertisements

23 thoughts on “Le printemps de Mélilot

  1. J’ai découvert ton blog après mon passage sur t&n. L’appel du tissu fleuri a été le plus fort! J’adore ce tissu!!
    Tout comme toi je déteste les marges de couture comprises, pour toutes les raisons que tu as cité. J’ai toujours cousu du burda marges non comprises, j’ai toujours utilisé le point tailleur pour marquer mes contours de patron et finalement je peux ainsi adapter mes marges comme je le souhaite. bien sûr tout ça prends du temps, mais je me suis aperçue que j’utilisais finalement très peu cet engin qu’on nomme “découd-vite”( parait-il). Conclusion: non tu n’est pas la seule à ne pas aimer les marges comprises ; D

    Like

  2. Elle est chouette cette Mélilot !
    Je garde en tête ton astuce de la taille au dessus pour les épaules car je ne porte plus mes Datura car les emmanchures me scient les épaules au moindre mouvement.
    Par contre, en bonne flemmarde, j’adore les marges de couture incluses 😉 Mais je comprends très bien ton point de vue.

    Like

  3. très belle cette Mélilot ! j’aime bcp ton compte-rendu exhaustif (je partage ton opinion sur les marges de couture) et tes recherches sur confort/esthétique concernant les emmanchures, ce sont des choses qui peuvent servir dans d’autres modèles, donc merci !
    ton tissu est parfait, en tout cas, et je ne trouve pas que le profil soit moins seyant : on visualise bien que la chemise est délicatement flottante et que tu n’es pas obèse (!), ça donne au contraire une agréable idée de brise et de fraicheur dans les jours chauds !

    Like

  4. Merci pour ton article très détaillé. J’avoue que cette chemise me fait de l’œil mais je n’ai pas ton niveau de couture, alors entre le prix et mon manque de confiance en moi, je n’ai pas encore franchi le pas…

    Je n’ai cousu que le Plantain de D&D et j’ai été aussi surprise par les marges à 1.5cm. Je préfère aussi les patrons sans marge de couture pour jongler entre les marges à 0.7cm ou 1cm ou selon les patrons marquer les contours sans marge, à la craie de tailleur directement sur le tissu… En véritable autodidacte, je fais comme je peux surtout !

    En tout cas, je note pour la taille au dessus car je n’ai pas du tout la morphologie A mais plutôt 8… Sait-on jamais peut-être vais-je finir par craquer !

    Like

    1. Les explications sont très complete et bysandra’s hand à fait un tuto pour la realisation tout en photos. C’est l’occasion de te lancer dans une chemise en étant bien accompagnée! Et puis tu peux toujours poser des question si tu doute d’une étape ou de l’autre!

      Like

  5. Elle est très sympa ta Melilot ! Et merci pour ton analyse, je vais faire une toile.
    En feignasse débutante, j’aime bien les marges de couture comprises.

    Like

      1. Je reviens presque par hasard sur cet article 2 mois et demi plus tard et 5 chemises Mélilot plus tard (3 pour moi : 1 toile manches longues, 1 version manches longues et 1 version manches courtes – et 2 pour ma fille des 14 ans : 1 toile et 1 version manches courtes).
        Ce que j’en retire : je suis complètement d’accord avec toi sur le fait de se sentir engoncé dans le vêtement (pour ce qu me concerne, pas pour mon ado longiligne). Après interrogation de Deer & Doe, il semblerait que ça provienne de ma carrure et j’ai dû coudre ensuite une taille plus haut au niveau de la poitrine. Donc team déménageur …

        Et sinon, j’ai aussi changé d’avis sur les marges de couture incluses puisque je me tourne de plus en plus vers les coutures anglaises ou rabattues et que je dois du coup rajouter de la marge à celle déjà prévue (sauf D&D qui est déjà à 1,5 cm)

        Like

      2. Oui, c’est effectivement la réponse que j’ai eu de Camille de D&D. mais je trouve dommage que cette mesure ne se retrouve pas sur le tableau des taille pour permettre rapidement de voir le soucis…. Uel courage en tout cas, 5 fois le patron en si peu de temps…. c’est le coup de foudre total???

        Like

  6. J’aime vraiment bien cette chemise, et cet imprimé ! La légèreté et les couleurs vont bien à Mélilot, même si en effet pour le profil et la longueur, tu as sûrement raison !

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s