Un parfum de fin d’été

Entre automne et été, je vous présente la petite dernière. Celle qui fait durer le gout des vacances. Celle qui n’y croit pas. Celle qui a pourtant déjà prit les couleurs de l’automne sans même s’en rendre compte.

Genèse

Cette robe est née d’un petit caprice couturistique. Une semaine avant mes vacances de fin d’été je me suis mise à rêver d’une petite robe facile et confortable à porter pendant une semaine loin du quotidien. Je voulais la réaliser avec un tissu du stock et un patron disponible. Objectif « vite-vite ».

Couture robe burda juillet 2016 106
Attention les découpes

Couture robe burda juillet 2016 106

Cahier des charges :

  • Pas de fermeture éclair.
  • Pas trop ajustée et qui permette de bouger facilement.
  • Vite fait bien fait.

Mon stock de jersey étant limité à sa plus simple expression (c’est presque pas une vue de l’esprit), la robe sera en chaine et trame.

En règle générale, je réfléchi assez longtemps le choix du patron et l’association des tissus. Pour ce projet ça a été beaucoup plus spontanés. Pas le temps de laisser reposer le projet, de fantasmer ou de changer d’avis… Mon temps de réflexion et de sous-pesage interne a été remplacé avantageusement par l’avis de Monsieur Marcel :il m’a fait sortir de ma zone de confort (Arrrrrgghhhh…) avec des propositions imprévues pour un résultat inattendu.

SONY DSC

Couture robe burda juillet 2016 106
La ligne de profil, ou la bataille pour éviter l’effet sac!

Patron ( J’aime Burda )

Me voilà partie en quête « du patron » ; pas le temps de patronner dans cette pseudo-urgence. J’ai plongé le nez directement dans la farde à patron. Mais pour une fois, je n’ai pas joué le jeu à fond. Pas le temps d’éplucher chaque magazine pour réévaluer la compatibilité de tous les modèles. Pas le temps, et donc focus d’emblée sur les Burda du printemps et de l’été qui contiennent chacun de superbes patrons de robe.

Je regarde toujours ce que fait Burda. Souvent ils sortent des magazines qui laissent largement perplexe : rien de neuf, que du détail et des frous-frous (pas du tout mon genre), pas de patronage original, le tout rehaussé de tissus qui agressent nos pauvres rétines… Mais ce printemps et cet été, Burda a très régulièrement publié des modèles modernes avec des patronages particuliers et je suis séduite. Cette robe numéro 106 de Juillet 2016 a fait presqu’immédiatement battre mon cœur de couturière, toute porteuse sceptique de robe que je sois…

SONY DSC
Une main en poche, forcément ça déforme la robe!

Les découpes du corsage sont particulièrement intéressantes. Bien sûr Burda prévoit une fermeture éclair dans le dos, mais j’avais l’intime conviction que ce n’était pas nécessaire pour cette robe qui présente une forme assez trapèze (-oïdale). Le patron comprends des pinces poitrines et des petites pinces d’encolure dos pour éviter tout bâillement intempestif.

Patron choisi !

Choix du tissu

Mon stock de jersey étant proche du néant, pour remplir la condition « confort » je me suis de suite tournée vers mon stock de coton (aucun synthétique ne rime avec confort). Certains coupons étant déjà réservés à d’autres futurs projets, je me suis rapidement décidée pour une cotonnade rouge récupérée lors de la trocante de tissus des couturières Bruxelloises. Un beau rouge profond (le rouge, ça me va bien), un motif assez discret presque ton sur ton et un tombé standard de cotonnade classique. Bref le bon candidat sauf que je l’avais réservé à la réalisation d’une chemise. Mais là, il y a urgence, la réservation ne tient plus.

Couture robe burda juillet 2016 106
Coton léger = confort assuré.
SONY DSC
Soutif compatible!

Le patron prévoit un ajout contrasté au niveau du col et des poches passepoilées. Si J’ai très vite décidé de faire l’impasse sur les poches passepoilées (sur le ventre, c’est jamais un bon endroit pour moi…), la pièce à l’encolure par contre est un détail qui va apporter beaucoup d’originalité et de caractère à ce modèle. Burda préconise (étrangement) du cuir d’agneau. Heuuuuu non, pas très fin et je n’ai pas d’agneau dans la bergerie. Mais je le voulais vraiment cet empiècement contrastant. Tous mes tissus, des petits morceaux aux grands coupons sont passés sur le ring de la comparaison. Mais ce rouge profond restait indomptable. Rien ne lui allait. Les teintes foncées rendaient l’ensemble trop triste et les teintes claires semblaient être à contre temps, contre-pied, comme à contre couleur.

Et c’est là que la contribution de Monsieur Marcel fut décisive. Lui présentant les possibilités d’assemblage avec des bleus, des mauves, et même des gris, il a simplement dit : « Jaune moutarde » (dans le salon ? avec le chandelier ?).

Couture robe burda juillet 2016 106
Association d’imprimés, faut oser, non?
Couture robe burda juillet 2016 106
Ces emmanchures dégagées, graphiques et modernes!

Le jaune moutarde ne me va pas du tout. J’aime cette couleur, mais elle me le rend très mal. Je n’ai donc dans le stock que deux tissus dans ces teintes : l’un est un reste de tissu ligné pour chemise (ça va pas le faire) et l’autre est mon liberty chouchou. J’y croyais qu’à moitié, mais je ne me suis pas laissé le temps d’y réfléchir trop et j’ai finalement tapé dans le liberty pour faire l’empiècement et le côté du buste pour balancer l’association des motifs.

Un restant de coton Corail servira pour la doublure du corsage moyennant une optimisation d’enfer des pièces et des surfaces. J’ai une maitrise en Tetris !

Tissus choisis !

SONY DSCSONY DSC

Réalisation et modifications

Ce patron de Burda je le trouve super intéressant. Les découpes du corsage sont vraiment originales et les emmanchures sont une petite merveille de confort et de style. Pour le reste j’ai presque tout modifié !

Première modification : la fermeture éclair. J’ai utilisé la doublure du corsage pour vérifier que la fermeture éclair n’était pas nécessaire. Je me suis aussi rendue compte que le corsage s’arrête extrêmement haut (entre la poitrine et la taille). Comme c’est un modèle de robe légèrement trapèze, je ne me suis que peu inquiétée.

SONY DSC
La ligne dos, plus près du corps après les modifs.

Deuxième modification, le détail du col réalisé par Burda est en cuir coupé à cru et simplement surpiqué. Autant vous dire que le Liberty n’a que peu de chose en commun avec du cuir d’agneau… J’ai donc laborieusement fait un repli de 0.5cm sur le pourtour de cette forme biscornue en évitant de me brûler les 10 doigts avec le fer à repasser. Le tout a été surpiqué façon « appliqué » sur le col de la robe. Après réflexion, j’aurai aussi pu thermocoller cette pièce ce qui aurait simplifié le repli et la mise en place…

Troisième modification : les poches. Pas le temps de me chiffonner le cerveau avec des poches passepoilées. Excuse toute trouvée pour une migration vers les coutures de coté : j’ai pas besoin de rajouter des épaisseurs au niveau de mon bidon… En plus c’est vachement plus simple.

Couture robe burda juillet 2016 106
La silhouette est sympa, merci les modifs sur le dos!
SONY DSC
La doublure corail du corsage qui montre le bout du nez.

Quatrième et interminable modification : le fit. Lorsque j’ai enfilé la robe, mis à part les emmanchures, rien n’allait. Je nageais dans un sac informe. Gloups… J’y ai passé pas mal de temps, j’ai repris consciencieusement le corsage alors que la doublure était déjà assemblée sur les emmanchures et sur l’encolure. J’ai repris un centimètre sur les quatre coutures du corsage en m’efforçant de ne pas tordre les lignes géométriques des découpes du dos ni les emmanchures. J’ai creusé les coutures dos de la jupe pour avoir une ligne plus proche de ma cambrure sans toucher à la largeur de la jupe au niveau des jambes qui permet de bien se mouvoir. Si globalement, chaque changement amenait une amélioration, l’effet sac n’était jamais affecté. Il était temps de passer aux choses sérieuses : l’ajout de deux pinces verticales partant de la poitrine et allant mourir sur la jupe. J’ai testé plusieurs profondeurs, et je me suis finalement limitée à des pinces de 0.7cm de profondeur. Les pinces plus profondes changeaient complètement l’esprit trapèze de la robe.

Couture robe burda juillet 2016 106
Les pinces de devant, ajoutées par rapport au patron de base.

Couture robe burda juillet 2016 106

Lors de toutes ces adaptations et ces reprises de centimètres ici et là, j’ai dû garder à l’esprit que j’avais renoncé aux bons et loyaux services de la fermeture éclair. Faire une robe ajustée sans fermeture éclair, ce n’est possible que pour Marylin (et c’était un one-shot). Il me fallait donc vérifier à chaque modif que je pouvais toujours bien enfiler le sac…. Heu pardon, la robe !!! 😉

Je suis arrivée à un équilibre satisfaisant. Il est clair que trop de modifs tue la modif. Bref, peut être que la robe trapèze ce n’est pas ce qui me va le mieux… Mais en l’état, c’est tout à fait acceptable et accepté.

Couture robe burda juillet 2016 106

 

Niveau technique couture, pas grand chose à signaler de plus que le col et les poches:

  • Taille 40. Il faudrait peut être que je teste la taille 38 chez Burda pour éviter les retouche de fit à repetition. Ceci dit, l’encolure et les emmanchures tombent super bien, et je n’ai absolument pas envie d’être engoncée à ce niveau-là…..
  • Le corsage est doublé, et je n’ai évidemment pas regardé les explications de Madamme Bubu. Pas une couture visible sur le col et les emmanchures.
  • Petits point technique important concernant le crantage au niveau des emmanchures pour avoir des angles super nets.
  • La doublure est fixée par un point à la main sur le surplus de couture entre le corsage et la jupe.
  • La jupe n’est pas double, pas besoin avec un coton de ce type.
  • Les coutures de la jupes sont surjetées (option rapide)

Chipotages

Je l’aime bien, je trouve qu’elle répond très bien aux critères de départ Ce n’est certes pas une robe très sexy (mais j’ai déjà cette petite robe sexy, je n’ai pas besoin d’en avoir 40) mais c’est par contre une robe super originale toute en étant portable au quotidien, elle respire elle bouge et je suis super fan des emmanchures (je radote ?) et de la combinaison improbable de tissus.

SONY DSC
Non, mais ces emmanchures!!

Le seul chipotage concernant cette robe c’est sa tendance à former deux plis qui partent de la poitrine et qui descendent sur les côtés de la jupe un peu plus bas que le bassin. Ça a pour effet visuel de me rajouter une épaisseur ou deux au niveau des hanches. Cet effet a été amoindrit autant que possible avec les modifs de fit, mais je n’en suis pas venue tout à fait à bout.

Je dois être honnête, malgré les sueurs pour régler le fit, je suis super contente de cette robe. Je vais garder à l’esprit les emmanchures pour peut-être en faire quelque chose encore plus « à ma sauce ». Affaire à suivre.

SONY DSC

SONY DSCSONY DSC

Advertisements

11 thoughts on “Un parfum de fin d’été

  1. Aaah je suis fan des emmanchures aussi !!! Elles sont tops et j’aime beaucoup les empiècements côtés ! Je te comprends, il y a pas mal de potentiel avec cette robe après wahoo que de boulot pour en arriver là, chapeau 🙂
    Ah et Monsieur Marcel a vu juste : le moutarde sur ce rouge profond, j’adhère complément 🙂 !

    Liked by 1 person

  2. Ce patron ne m’avait pas attiré, mais en voyant tes emmanchures, effectivement il en vaut la peine! Mais que de travail! Personnellement je prends toujours burda une taille en-dessous de ma taille du commerce, et ça tombe quasiment toujours bien (modestie, modestie…). L’association de couleurs est également une réussite.

    Liked by 1 person

    1. C’est vrai que tu es une super star de la gestion des tailles et du tomber chez Burda, je suis toujours épatée de voir comme ça tombe super bien chez toi! Je suis toujours un peu craintive de prendre une taille en dessous, parce que j’aime mon confort, notamment aux emmanchures (toujours elles)!

      Like

  3. L’association de ces deux tissus : une réussiste ! Monsieur Marcel a vu juste… Le résultat est top ! Les emmanchures sont supers : originales et confortables !
    Pour éviter toutes les reprises pénibles, quand je prends du Burda, je découpe une taille en dessous de ma taille habituelle (après vérification de la taille des pièces) et en général ça tombe bien, quand j’ai un doute, il m’est aussi arrivé de couper le patron sans les marges de couture et là c’est la solution de secours (toujours après vérification des mesures des pièces).

    Liked by 1 person

    1. Merci Tamiabalbuzard. C’est vrai que je pourrais couper une taille en dessous en ce qui concerne la largeur de la robe, mais quid des emmanchures qui tombent si-bien! (C’est clairement ma fixette du moment hihihi)

      Liked by 1 person

  4. Cette association de tissu est pas mal du tout ! & comme “le rouge vous va si bien” …
    En plus, c’est l’occasion de porter des couleurs qu’on aime mais qui ne nous sied pas !
    /* Allez, une petite mention spéciale à “La photo qui fait peur” : sur la 11ème photo, y a une ombre qui arrive par derrière !!! */

    Liked by 1 person

    1. héhé, j’avais pas fait attention… Marrant cette ombre!!! Aaarghh on va se lancer dans les photos qui font peur….. C’ets un bon thème pour une prochaine séance 😉

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s