Coutures rabattues, ou pas…

Ginger première édition à peine finalisé, j’ai immédiatement récidivé. Un Jeans ne pouvait pas à lui seul combler mon manque cruel de pantalons. Un patron fin prêt, un tissu qui dort dans le stock et roulez jeunesse…

SONY DSC

Toujours un problème de taille

Lors de ma précédente réalisation de Ginger (Jeans que je porte tous les jours depuis sa réalisation, ou presque), j’ai repris des centimètres ici et là. À tel point que j’aurais aisément pu couper une taille 8 en lieu et place de la confortable taille 12 identifiée comme mienne sur le tableau des tailles. Heureusement, ma microphobie (développée ici) me retient d’exécuter cette action somme toute assez logique (la microphobie, ou la paresse, allez savoir). Et je me lance dans une seconde réalisation de Ginger plus printanière ; même patron même taille.

SONY DSC

Je monte mon pantalon avec cette technique éprouvée mais pas éprouvante qui permet plein d’ajustements sans prendre trop de risque ni manier trop le découd-vite.

  • Les étapes préliminaires sont la couture des poches, de la braguette et des empiècements dos.
  • Ensuite le pantalon est assemblé au point long de la MAC (fourche, entre-jambes et côtés des jambes).
  • Ajustement des coutures sur base des essayages (fourche arrière, entre-jambes et coutures côtés extérieurs).
  • Défaire les coutures côtés extérieurs et 5 cm de la couture interne au niveau de la fourche (ça va vite, c’est juste quelques points longs) en n’oubliant pas de marquer les marges à appliquer.
  • Finitions et surpiqures de la fourche, de la couture interne et enfin des deux coutures des côtés.

    SONY DSC
    retour à mon premier design de poche. j’adore!

Ça demande de manier un peu le découd-vite, mais au moins on a le meilleur fit possible avec des finitions au petit poil sans faire de toile.

Me voici à la phase essayage avant finitions, persuadée que tout cela va être bien laaarge. Et ben non. Enfin si, je me sentais en réalité trop large pour le pantalon. Aaaaaargh. Pourtant mon tissu à le bon niveau d’élasticité… Mais un tombé fondamentalement différent.

SONY DSC
ça va, j’ai un peu de place. Le confort c’ets un style de vie….

J’ai finalement lâché 0.5 cm sur les marges de coutures (qui sont comprises dans le patron et qui sont de 1.5 cm) au niveau des cuisses. Et c’est bien mieux comme ça pour tout le monde.

J’ai tout de même repris 2 cm en haut de la fourche dos, comme pour la réalisation précédente.

Bref, je suis trop contente de ma microphobie (apologie de la paresse). Il n’y a pas à dire, parfois, ça me saoule de faire tout plein d’ajustements qui ne sont pas nécessaires, mais pour le coup ça a sauvé mon pantalon !

SONY DSC

Couture rabattue, es-tu là ?

Le Graal de la finition de pantalon, qu’on entend ici et là comme le gage de qualité ultime, c’est la couture rabattue. Mais n’est pas couture rabattue qui veut.

SONY DSCSONY DSC

La couture rabattue est utilisée dans le prêt-à-porter principalement pour les chemises homme ou encore pour les parkas, très a la mode en ce moment. Elle se présente visuellement avec une double couture. La tension est également distribuée entre les deux coutures qui servent toutes deux au montage et à la finition. Ce type de couture est réalisé dans l’industrie avec des machines spécifiques qui superposent, plient et piquent les deux tissus de façon très précise. Si vous coupez une couture rabattue d’une vieille chemise, vous verrez en gros ce qui se trouve sur la figure 1 (les pointillés orange représentent les coutures et les traits bleus représentent le tissu).

rabattue1
Figure 1                                                                        Technique A

 

Réaliser ce genre de couture rabattue à la maison, c’est possible. L’option technique (A) que je trouve la plus pratique (mais qui reste assez compliquée) consiste à assembler bord à bord les deux tissus avec un point zigzag (en vert). Il faut ensuite faire un double pliage en forme de « z » avec le fer à repasser (attention aux brûlures) et finalement piquer deux rangées de points droits sur les bordures du « z » (en orange).

Cette technique demande un double master en manipulation de fer à repasser et dès que vous avez une courbe un peu trop prononcée, le repassage devient aussi agréable que de déjeuner avec un couple de babouins, je déteste les babouins… Une fourche de pantalon c’est déjà pas coton, une emmanchure de chemise, laisse tomber c’est l’enfer babouinesque assuré. C’est cette technique que j’ai appliquée pour « feu » mon ancien Jeans (et je n’aime pas les babouins).

Cependant, en réalisant vos coutures rabattues de la sorte, vous ne pourrez plus faire aucune modification de fit sans découdre les trois coutures de montage (grrrr). Blocage de taille. Mieux vaut être 100% sûre de votre coup ou alors être super passionnée de découd-vite (hum hum, c’est pas mon cas).

Si vous cherchez un peu sur internet les tutos pour faire des coutures rabattues, vous allez trouver des choses étonnantes, qui ressemblent (de loin dans le noir) à des coutures rabattues, mais qui n’en sont pas (technique B).

rabattue2
Technique B

 

Cette technique demande de coudre vos pièces de tissus (étape 1), endroit sur endroit, de couper une des marges de couture de moitié sur toute la longueur (étape 2), de plier au fer la marge restante en créant un repli (étape 3) et de faire deux surpiqures (en orange). Premièrement, c’est aussi pénible à faire que la technique proposée ci-dessus et ensuite ce ne sont pas des vraies coutures rabattues, simplement parce que la tension entre les deux pièces de tissu reste principalement dans la première couture de construction (en bleu) et non dans les surpiqures qui sont là pour l’esthétique. Les surpiqures sécurisent un peu la couture de montage. Si la couture de montage fait grève, les surpiqures feront ponctuellement le job, vous évitant un moment gênant ; mais elles ne reprennent que très peu de tension dans le tissu.

Il existe une troisième alternative. J’ai regardé ce qui était fait sur mes jeans Levis et j’ai copié leur style de finition (technique C). À savoir, une couture de montage endroit sur endroit (en bleu), un coup de surfilage des deux marges ensembles (en vert), un coup de fer à repasser pour coucher les marges sur le côté (simple manipulation) et une surpiqure de maintient (en orange). Simple et efficace. Cependant, ce type de finition tout comme la finition prônée en général dans les tutos couture (technique B) n’est pas une couture rabattue non plus et ne répartit pas de façon homogène la tension sur les différentes coutures.

rabattue3
Technique C

 

 

Voici un petit résumé des techniques présentées, de leurs points forts et de leurs points faibles.

Point négatif Point positif
Technique A Couture rabattue du prêt-à-porter – Manipulation complexe au fer.

– Retouche de fit compliquée

– Couture impeccable sans surjeteuse

– Tension répartie 50-50 entre les deux coutures. Solidité maximale.

– Limitation des épaisseurs (3)

Technique B Couture rabattue des tutos couture – Manipulation complexe au fer.

– Tension non répartie également sur les différentes coutures

– Accumulations d’épaisseurs (4)

– Couture impeccable sans surjeteuse

– Retouche de fit facile avant la couture des surpiqures

Technique C Couture sécurisée version Jeans du commerce – Tension non répartie également sur les différentes coutures

– Nécessité de surfiler (plus propre avec surjeteuse). Fils apparents à l’intérieur

 

– Retouche de fit facile avant la couture de la surpiqure

– Limitation des épaisseurs (3)

– Pas de brûlure de fer-à-repasser

– Facile et rapide

Vous l’aurez compris, je suis une fervente utilisatrice de la technique « C », très rapide et relativement propre surtout si vous possédez une surjeteuse. Eventuellement, si vous êtes certaine de votre fit, la technique « A » est une bonne technique, pas trop compliquée, et beaucoup plus solide.

SONY DSC
A force de fréquenter n’importe qui, je deviens n’importe quoi…. Pas étonnant que ma santé mentale en prenne un coup avec ce genre d’ami!
SONY DSC
Et c’est pas mieux avec celui-ci!!!! ;-))

SONY DSC

Chipots et retour d’expérience

Ce pantalon je l’adore et je le porte très régulièrement. Les doublures de la ceinture et des poches ont été faites avec des chutes de ma chemise Mélilot. Ce qui donne un côté printemps léger super sympa. Et bien sûr ça va super bien avec ma Mélilot justement.

Concernant la broderie machine des poches arrières, je suis revenue au design de mon premier Jeans. J’adore. Et l’effet ton-sur ton du fil donne juste un aspect un peu travaillé sans apporter trop de complexité et de nouvelle couleur. Bref j’ai un pantalon très basique (100% uni de l’extérieur) mais avec une touche de personnalisation. Et ça, j’aime.

SONY DSC
Utilisation des chutes de ma Mélilot pour les poches et la doublure de la ceinture.

SONY DSC

Bon, il faut que j’arrête de tourner autour du pot de manière auto satisfactoire. Ce pantalon a plusieurs soucis… Autour de la braguette. Premièrement je me suis plantée en réalisant la boutonnière qui aurait du être décalée de près de 1 centimètre. Résultats des courses, le rabat de la braguette à tendance à former un pli. Bon, je ne suis pas une adepte des hauts rentrés dans le pantalon, donc ça camoufle. Mais c’est sans compter le deuxième problème… Le zip s’ouvre de façon intempestive. Aaaaargh. J’ai pour une fois pris la peine de choisir un joli zip en métal alors que la plupart du temps je pioche un zip de base plastique dans mon stock. Et cet énergu-zip en métal ne daigne pas la boucler. Vous m’imaginez en pleine présentation… Oups… Sorry… Zip

SONY DSC
Le zip de la loooooose…………

Pas question pour autant de défaire ce zip pour le moment. Trop de boulot, trop la flemme. Je vais éviter de le porter en réunion de boulot et je risque très probablement de développer un petit TOC de vérification braguette lorsque je le porte (si possible discret le TOC). Une phobie (la microphobie), et maintenant un TOC ma santé mentale en prend un coup. « Merci Couture » !!

SONY DSCSONY DSC

 

Advertisements

22 thoughts on “Coutures rabattues, ou pas…

  1. Alors, j’avais bien une solution hyper simple pour le zip qui descend MAIS tu ne vas pas pouvoir l’utiliser .. / on met un anneau dans le trou de la zipette et hop, on RABAT l’anneau sur le bouton avant de fermer le bouton … y a évidemment pas de trou dans ta tirette. */
    Sinon, moi je couds souvent avec la technique C. /* Tout le temps d’ailleurs. j’ai horreur d’ouvrir mes coutures. Bref, paresse forever ! */
    Bon, pas mal du tout ce jean malgré les touts petits chipotages ! & les poches ! Classe le motif !

    Liked by 1 person

    1. Merci Cyqlaf. Je vais quand meme essayé ton truc avec un grad anneau (quand je mets la main dessus) que j’attacherai direct dans le curseur du zip. C’est une bonne solution en générale. Je me souvient, ado quand j’avais ce soucis, je mettais une épingle de sureté dans le zip… j’ai pas envie de redevenir ado, si tu vois ce que je veux dire…. 😉

      Like

    1. Merci! Coudre un pantalon est super gratifiant étant donné que c’est une pièce qu’on porte tout le temps (enfin moi du moins). Bien sur au niveau ajustements ce n’est pas toujours une partie de plaisir. Le premier point est de trouver le type de pantalon qui te va bien (droit, chino, jeans, boyfriends, etc) et c’est dejà une étape un peu compliquée tellement il y a des possibilités. ENsuite il faut trouver le tissu qui va bien. ET force est de constater que pour les pantalon l’offre tissu est un peu plus réduite. Bref c’est auss un vrai voyage de faire un pantalon!!!

      Liked by 1 person

  2. Ah ben j’allais te donner la même solution que CYQLAF pour ton zip qui s’ouvre, avant de voir qu’il n’y avait pas trou dans la tirette… dommage Eliane…
    Et sinon technique C pour moi aussi… flemme quand tu nous tiens… et puis qui ira voir à l’intérieur de mon jean si on voit les fils ou pas ?

    Liked by 1 person

    1. Je vais essayé quand meme de trouver une boucle assez grange et la passer directement dans le curseur du zip. ça me sauverait de situations bancales en perspective….. 😉

      Like

  3. Technique C aussi pour les pantalons mais technique B testée sur quelques chemises et y a pas à dire, c’est trop trop beau (à l’intérieur aussi !).
    Il est drôlement beau ton nouveau ginger ! j’adore la déco des poches arrières ! Et j’aime beaucoup quand on utilise un joli tissu pour l’intérieur des poches : il n’y a que nous qui le voyons mais j’admire à chaque fois que j’enfile mon pantalon.
    C’est ballot pour la boutonnière mal placée. Moi c’est mon bouton que j’ai placé au milieu de la boutonnière alors qu’il se place naturellement au bord. Du coup, ça baille un peu et ça ouvre le haut du zip aussi … Et comme j’ai mis un bouton spécial jean qui perce le tissu, ben je crois bien que je vais devoir rester comme ça …

    Liked by 1 person

    1. Merci Nabel! La doublure des poches et de la ceinture c’est ce qui fait le petit cachet perso du pantalon, rien que pour la personne qui le porte. Je suis aussi ultra fan. ET comme je n’utilise que des chutes pour ça, ça me rappelle toujours un autre projet couture, c’est assez sympa!
      Oui, moi aussi j’utilise ce genre de bouton. Remarque je pourrai allonger un peu la boutonnière, mais j’ai peur de faire pire que mieux…..

      Like

  4. Très joli ce jean ! Je suis fan des poches, elles sont trop belles ! Et bravo pour ce gros détail sur les coutures rabattues. J’utilise “classiquement” la version B et je ne me suis jamais posé la question de savoir s’il y avait d’autres méthodes, merci pour l’éclairage !

    Liked by 1 person

  5. il est vraiment très jolie ce pantalon ! et j’adore la broderie sur la poche qui ajoute vraiment au pantalon ! bravo pour cette énorme travail !

    Liked by 1 person

  6. Bonjour,
    super ce pantalon ! j’aimerais bien être capable d’ajuster comme cela…
    A propos des coutures rabattues, sur la chemise que j’ai faite il s’agissait encore d’une autre version ! Ce serait la technique B avec une seule surpiqûre et pas de surépaisseur. C’est plus facile et plutôt joli je trouve.
    Du coup j’ai étudié les chemises du PàP de mon mari, et on a la version B, la version B modifiée et la version C.
    Soffie

    Liked by 1 person

    1. Bonjour Soffie. Les coutures rabattues en mode couture avec un MAC familiale, c’est pas de la tarte. Je n’ai jamais vu de couture du PAP pour les chemises qui soient comme la technique B. Comment tu fais pour ne pas avoir de surépaisseur??

      Like

      1. Bonjour,
        la technique du livre Chemises de Shimazaki pour éviter les surépaisseurs, c’est que les deux rabats ne se superposent pas, ce qui donne 3 épaisseurs au niveau de la surpiqûre, mais pas 4 à certains endroits comme sur le schéma B. Pour certaines chemises PàP, visuellement il n’y a qu’une surpiqûre. Comme je ne peux pas les ouvrir, je ne peux pas voir si c’est une adaptation de la technique A ou de la technique B… Dès qu’elles seront HS je les disséquerai.
        Soffie

        Liked by 1 person

      2. Bonjour,
        en fait je me trompe, les deux rabats se superposent mais à peine, créant 4 épaisseurs à certains endroits (et 3 au niveau de la surpiqûre).
        Soffie

        Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s