Dix points critiques pour bien organiser son marché de Noël, sans angoisse (ou presque).

C’est la deuxième fois que je joue à la vendeuse, que je me glisse dans ce rôle, le temps d’une journée, pour l’occasion très spéciale du Marché de Noël. La préparation fut à chaque fois intense : design, production, décoration, planification, … Stress. La fin d’année étant une période assez chargée en règle générale, une petite Check-List m’aidera dorénavant à m’organiser plus sereinement et à éliminer le stress permanent d’avoir oublié quelque chose. Oui, mais Quoi ?

Voici donc un état des lieux, les points problématiques de mes modestes participations aux marchés d’artisans ; les foirades, les hésitations, mais aussi quelques jolies réussites. Si ma Check-List peut aussi aider à organiser votre participation au Marché de Noël ou à un marché d’Artisans, alors c’est tout benef’ !IMG_20171203_092950

Création de la ligne, ou des lignes

Un stand de vente de produits artisanaux qui ressemble à un amas de choses et d’autres qui ne forment pas un ensemble cohérent n’attire pas le regard ! Il y a trop de choses, trop d’information, trop de signaux détachés. Le regard glisse plus facilement sur de tels amas qu’il ne s’y pose pour en détailler le contenu et s’y intéresser vraiment. C’est la conclusion de mon premier marché de Noël. En temps qu’Artisan, vendeur, il faut choisir, cibler. Choisir des assemblages de couleurs, des thèmes, des textures, des matériaux et des articles qui présentent une certaine cohérence. Faites un stand avec uniquement des caleçons pour hommes et vous pourrez vous lâcher sur les couleurs. Faites un stand avec uniquement de la bâche de récupération et vous pourrez vous lâcher sur toutes les pièces imaginables, faites en bâche. Faites un stand « articles bébé » et vous pourrez vous lâcher sur tous les tissus du genre, même très typés et toute forme d’article pour autant qu’elle reste dans la gamme « moins de deux ans». Et ainsi de suite.

Pour ce second marché de Noël, je suis restée « focus » dans mon produit : sacs et pochettes. Un assemblage de tissus plus « printanier » (tons clairs et colorés) et un autre plus hivernal (velours noir et couleurs vives sur fond noir), c’était moins « focus ». Résultat, j’ai fait deux « collections » et mon petit stand semblait bien surchargé. Choisir, c’est inévitablement renoncer, renoncer ça fait peur et devant la peur l’acheteur recule. Les stands plus homogènes sont ceux qui attirent le public ; vos plus belles créations qui sortent de l’ordinaire resteront donc à la maison. A bon entendeur !!

IMG_20171203_092825
La ligne d’hivers en velour, et les couleurs fraiches du printemps. pas très assorti tout ça!

 

Quantité et stock

Quantité et stock vont de pair avec planification. Réaliser et créer c’est une chose ; mais produire en est une autre. Si on n’est pas bien préparé, si on n’a pas le matériel disponible et surtout du temps, la production devient galère. Bref planifier en fonction du besoin, c’est clé. Mais mon problème n’est pas de planifier (quoi que…), c’est de définir mon besoin. Force est de constater que cette année encore je me suis un peu plantée. Ou plutôt éparpillée ! Certaines pièces ont eu beaucoup de succès et sont parties très vite. Je ne les avais qu’en 4 exemplaires, et 2 heures plus tard les pièces qui se vendaient bien étaient toutes parties. Impossible de les remplacer et je me suis retrouvée avec un stand un peu déséquilibré. Il faut vous dire que mon stand était composé de pièces chères (35 Euros et plus), de pièces plus raisonnables (10 à 20 Euros) et de petites pièces (moins de 10 Euros). En nombre de pièces j’avais environ : 25% 35% et 40% (respectivement pour les chères, les raisonnables et les petites pièces).

Les pièces raisonnables sont parties rapidement, suivies des petites pièces, et je me suis retrouvée avec un excès de pièces chères… et un stand déséquilibré.

Pour la prochaine fois, je viserai 15%, 40%, 45%, équilibre plus adapté à un public qui cherche des cadeaux de Noël.IMG_20171203_092803

Concernant la quantité, ça dépend… surtout du temps que dure votre marché de Noël. Vous n’allez pas vendre en 2 heures la même quantité qu’en 10 heures (ou alors j’ai vraiment tout faux !). Prévoyez de quoi remplir votre stand, et un stock pour maintenir l’équilibre visuel du stand si le marché est plus long. Les espaces vides sur le stand n’attirent définitivement pas ; visez plénitude et générosité !

Fixer les prix

Et le cauchemar continue : après avoir tenté de définir un concept et une ligne de produits cohérente, après avoir changé 17 fois d’avis sur les quantité à préparer (plus, moins, beaucoup, trop, assez ou, pas du tout assez…), après tout ça, vient la question existentielle du prix. Parce que la cohérence, on peut en discuter ; parce que la quantité c’est forcément limité (je couds tant que je peux, j’arrête quand j’ai plus de fil) et c’est jamais perdu ; mais les prix, on rigole plus : c’est tranchant !

J‘ai réalisé la fixation des prix en 6 étapes :

  • Evaluation du coût des matières premières, du temps de cousette, pour chaque produit,
  • Recherche du prix du commerce pour du « fait main » (par exemple sur Etsy)
  • Bavardages pour extraire l’avis des copines,
  • Estimation des gammes de prix/produit (value for money 😉
  • Fixation du prix dé-fi-ni-tif,
  • Changement de dernier moment sur le stand, à cause du stress et autres peurs.

Les cinq premières étapes du processus sont complètement standards (coûts et valeur de marché), mais la dernière étape, plutôt (im)prévue, vient exploser tout mon processus rationnel. La peur de ne pas vendre = Auto-Dévaluation de mes produits et de mon travail.

IMG_20171203_092847

Je n’ai pas l’habitude de vendre. Encore moins de vendre quelque chose que j’ai créé et réalisé moi-même. Pourtant je suis bercée de contrats, de prix, de processus d’évaluation de marché, etc. Trop facile d’acheter, de prendre une marge et de revendre. Mais là, concernant ma création à moi, j’ai clairement sous-estimé mes peurs ! Un conseil : être super préparée sur la question de la valeur et donc du prix. Clair avec soi-même, pour arriver le jour « J » sans doute, sans remise en question de dernière minute.

Prix ou pas prix : marketing

Une fois les prix fixés en tête vient une nouvelle question. J’affiche les prix ? Ou pas ? Deux écoles s’affrontent : rigidité ou opportunisme. Je n’ai pas pu vraiment me décider et j’ai choisi d’afficher les prix pour les petites et moyennes pièces, mais pas pour les plus grosses. Je voulais que les gens me demandent. Je voulais échanger quelques mots, entrer en contact. Je voulais leur expliquer pourquoi et comment, qu’ils puissent s’imaginer avec la pièce sous le bras avant de (éventuellement…) bloquer sur le prix.

Au final, je ne suis pas convaincue de cette stratégie. Je pense que certaines personnes n’osent tout simplement pas demander et « s’il n’y a pas de prix, c’est que c’est forcément trop cher ». Dur de choisir une technique de vente. L’affichage du prix est finalement la règle, pour répondre à une demande générique des acheteurs qui évitent ainsi de se confronter au vendeur sur cette question tranchante. Question de pudeur ? De toute façon, au marché de Noël on ne discute pas les prix, ce n’est pas une solderie, c’est une fête.

Décoration

Voilà, les questions existentielles sont répondues. Ou pas. La déco du stand est primordiale, non mais de quoi ça va avoir l’air tout ça ? Mettre en valeur les produits, ça va tout changer, tout résoudre, ou presque. Un stand « bébé » avec une atmosphère douce et lumineuse sera infiniment plus en payante qu’un univers de Noël en rouge, vert et neige. Mettre en avant les produits c’est créer un univers qui mette en valeur nos réalisations et attire le regard du badaud/passant/acheteur/client.

Les trois éléments essentiels à considérer :

  • La nappe : forcément l’élément de base, puisque tout est posé dessus. Les couleurs vont définir l’ambiance générale de votre stand
  • La lumière : guirlande ou spot, elle apporte directement une atmosphère à votre stand, chaude ou froide, neutre ou colorée,
  • Le volume : pensez en 3D. Ajoutez des caisses, des escabeaux, des structures pour suspendre. Créez du volume, du relief et de la légèreté pour donner de la consistance à votre stand : un univers.

Demandez les dimensions exactes de l’espace qui vous sera dédié et faites un montage « grandeur nature » avant le jour « J » pour vous assurer que votre concept déco est adapté à votre espace. Ce conseil est basé sur mon expérience : mon installation complète était prévue pour une table environ deux fois plus grande que la table du marché (Oups). Heureusement le concept était assez modulable et Monsieur Marcel était là pour l’adaptation de dernière minute…IMG_20171203_092907

Fond de caisse

En fonction de vos prix et de votre stock, il faut prévoir un fond de caisse d’environ 25 à 30% de ce que vous comptez réaliser comme chiffre d’affaire. Environ 30% de ce fond de caisse doit être en pièces ou petites coupures. Prévoyez une boite ou une caisse qui ferme bien et qui vous permette de rendre la monnaie rapidement. N’oubliez pas de noter combien d’argent vous mettez dans le fond de caisse au départ pour vérifier le chiffre d’affaire en fin de journée. C’est un peu évident, mais il semblerait que pour moi l’évidence soit éphémère et stress aidant, je passe trop facilement par-dessus mes propres conseils (re-Oups).

La caisse sera aussi l’endroit idéal pour ranger la liste des ventes, à tenir scrupuleusement à jour lors du marché.

Emballage

Hé oui, vos acheteurs s’attendent à recevoir leurs achats dans un sac et éventuellement dans un paquet. La recherche de l’emballage idéal peut être une véritable obsession (ou un véritable plaisir). Ajouter une étiquette autocollante avec votre nom ou votre logo ? Mettre un ruban pour faire cadeau ? Simple papier kraft ou luxueuse boite, il vous faudra des contenants adaptés à vos produits.

IMG_20171203_092830

Cartes de visite

Est-ce que vous faites de la publicité lors du marché ? Pourquoi-pas ? Prévoyez des cartes de visite pré-imprimées que vous joindrez à chaque paquet ou simplement à distribuer aux personnes de passage et aux stands voisins.

Survie

Le nécessaire pour sauver des situations imprévues : du scotch (collant, pas whisky !), du fil, des aiguilles, un Bic, une rallonge électrique, des ciseaux, etc.

Pensez à vous munir de quoi vous adapter à toutes les températures et surtout de quoi vous sustenter (thermos, eau, fruits, biscuits). Votre but n’est pas de devenir le plus fidèle client du burger-stand voisin.

IMG_20171203_103453
L’envers du décors

 

 

Moral

Sur un marché de Noël l’attente est parfois assez longue. Derrière un stand, physiquement, il ne se passe rien. Le smartphone comme échappatoire, ce n’est pas conseillée (c’est mon point de vue) ; accrochée à votre écran, vous n’êtes plus complètement disponible pour vos clients. Alors voici quelques petits conseils pour s’adapter au mieux à cette situation d’ennui:

  • S’entourer de stands amis, ou mieux, monter et tenir le stand avec un ou une amie.
  • S’assurer que des amis passeront à différents moments de la journée pour faire une pause papote bienveillante.
  • Prendre quelque chose à faire de ses doigts (origami, couture à la main, dessin, crochet ou tricot).
  • Se faire pote avec les artisans et vendeurs à proximité ; c’est facile, ils sont dans la même situation.

Ces deux Marchés de Noël étaient de belles expériences. La vente n’est définitivement pas un acte naturel pour moi et l’équilibre entre l’envie de partager et l’objectif de vendre n’est pas simple à gérer. Cependant je l’ai fait , donc c’est possible et c’est enrichissant. Cela permet de recevoir le regard des autres sur sa propre production et de se rendre compte de plus près des réalités de la vie d’artisan.

IMG_20171203_103512
Papote de stands voisins!

 

La question qui reste, c’est : Quid du reste du stock ? Vente sur internet ? Autre marché de créateurs ? Je le vois venir d’ici, le serpent qui se mord la queue !!

Advertisements

13 thoughts on “Dix points critiques pour bien organiser son marché de Noël, sans angoisse (ou presque).

    1. Merci Lily. j’avoue que cette année comme l’année passée,j’ai beaucoup stressé, du coup le but de cet article est de me permettre d’avoir une sorte de check liste pour justement etre plus pragmatique la prochaine fois 😉

      Like

  1. C’est vraiment sympa d’avoir un retour du point de vue de la personne qui est derrière le stand.
    J’ai fait plusieurs marchés de noel (en acheteuse/badaud…, pas en vendeuse), et je peux te dire que tes créations sont laaaargement plus jolies que tout ce que j’ai pu voir dans les petits bleds autour de chez moi !
    Je trouve tes prix très très raisonnables. Et d’ailleurs, je veux bien voir ce qu’il te reste comme articles. 😀

    Liked by 1 person

    1. hello Ziglyet, tout d’abord super merci.

      Je peux te faire un état des lieux de ce qu’il me reste (sacs et pochettes), mais qu’est ce qui t’intérressse, plustot les sacs ou les pochettes? On peux passer en MP sur Insta pour être plus perso!!

      Like

  2. Très beau stand avec comme toujours de belles réalisations.. Je ne saurais pas tenir un tel stand et j’aurais beaucoup de mal à fixer les prix!! De toute façon ce genre de réalisations, on les fait toujours pour offrir donc je n’aurais même pas de stock à vendre… comme les cordonniers!! Et les réalisations couture person, ça revient ou le moral est toujours maussade?!!

    Liked by 1 person

    1. hooo merci!!! Le jo ets de retour en force. Je me suis d’abord attellée a qq cadeaux de noel home made, et puis bon, envie soudaine de coudre pour MOI! héhéhé, c’est trop coool!

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s