[Fabric Addict] Le paradoxe de la pierre précieuse et bonnes résolutions 2018

Aujourd’hui je vous parle d’un paradoxe méconnu. Celui de la « Pierre Précieuse » héritée de Grand-Maman, du « Modigliani » de famille ou bien sûr des coupons de tissu d’amour. Un paradoxe de plus ? J’adore les paradoxes. Le paradoxe c’est une manière de voir en même temps les deux faces d’une même pièce. Question de point de vue, la difficulté vient du positionnement à prendre (ou à ne pas prendre) face à des situations complexes et subtiles. Et c’est précisément là que ça devient intéressant !

Aujourd’hui je vous parle tissu, je vous parle paradoxe, autant dire que je suis dans ma zone de confort !

2018-02-15 16.22.54_1518704940775_resized
Coupera, coupera pas??

 

Le Modigliani du placard

Le paradoxe de la « Pierre Précieuse », c’est quoi ? C’est cette tendance qu’on certaines personnes (dont je fais partie) de laisser les très belles choses qu’ils possèdent dans un placard par peur de les user, les abîmer ou les perdre. La jolie broche « art nouveau » de votre aïeul reste dans son écrin, le Modigliani reste dans le coffre-fort et mes coupons d’amour restent enfouis dans mon stock. Si on y réfléchit bien, c’est terriblement inutile et particulièrement vexant. Ne vit-on pas pour profiter de tout ce qui peut nous mettre en joie ? Les caresser du regard furtivement, imaginer comment cette bague étincellerait à votre doigt, comment ce tableau rayonnerait dans votre salon, ou comment ce tissu crisserait entre les lames de vos ciseaux, cela ne suffit pas. Rien ne remplace la vraie jouissance de les sortir de leurs enfermements pour en profiter pleinement, longtemps.

2018-02-15 16.25.19_1518704939761_resized
Petit tour dans mon tiroir à tissus précieux!

 

Et pourtant c’est plus fort que vous, que nous, que moi ; on a peur, on veut les protéger. En mettant sous clé les choses qui nous sont particulièrement précieuses, répondant à l’adage « Pourvu qu’il ne leur arrive rien ! », en fait nous nous mettons sous clé et le risque est grand qu’il ne nous arrive rien, vraiment rien et ce serait bien triste ! Certes, vous limitez les possibilités de faux pas, Modigliani ne risque pas se consteller de splitures de café lorsque vous renverserez votre drogue matinale, votre bijou ne risque pas de se ternir sous la douche et votre tissu est à l’abri de tous les mauvais coups (de ciseaux). Mais le vrai risque c’est surtout qu’ilne vous arrive pas toutes les belles choses qui pourraient venir avec la sortie du placard de vos précieux. Attention : violons, lumières, paillettes et plaisir à l’horizon.

Mes précieux

Je n’ai pas de bijoux de Princesse, ni de tableaux de Grands Maîtres. Mes précieux ont une valeur inestimable toute relative (encore que pour certains… mais chuuut… ). Mes précieux sont, je vous le donne en mille : mes tissus. Enfin, certains d’entre eux…

  • Il y a les tissus chargés d’émotions. Des tissus pour lesquels je me souviens de notre rencontre, ils sont associés à un moment et un lieu précis. Quand je les effleure, je sens l’effluve de ce morceau de vie passée.
    2018-02-15 16.24.28_1518704938717_resized
    Les odeurs, les couleurs d’une superbe partie de ma vie. On ne coupe pas la-dedans?    N’est-ce-pas…

     

  • Il y a les tissus Ryan Gosling ou coup de cœur ultime. Quand je les ai vus, mon cœur à fait Waaaaaaaw. Aucune idée de ce que je pourrais en faire, mais c’est juste Boooom (le genre de rencontre qui ne se raconte qu’avec des onomatopées). Pour certains, j’ai essayé de me raisonner, pour d’autres je me suis ruée dessus instantanément. Mais le défi couture est à la hauteur du coup de cœur : imaginez un rendez-vous avec Ryan Gosling, ça met la pression ! Le rater serait bien plus vexant, rageant, triste, qu’un rendez-vous raté avec le cousin du voisin du collègue. Encore que, le collègue de mon voisin… Non, pas maintenant.

    2018-02-15 16.26.36_1518704935873_resized
    LE TISSU BADABOOOOOM (Coup de vent, coup de tonnerre et coup de coeur à l’horizon)
  • Il y a les tissus précieux. Extraordinaires. Au toucher et à la pureté incroyables. J’ai une petite tendance à les cacher de la lumière tellement j’en ai peur. C’est comme prendre le thé avec une Princesse, suis-je même à la hauteur, on va parler de quoi ?

    2018-02-15 16.23.38_1518704937788_resized
    Une soie liquide, un cadeau, une précieuse merveilleuse.
  • Puis, il y a les tissus achetés lors des voyages. Opportunités uniques dont il faut absolument profiter au mieux parce qu’on ne retrouvera plus rien de similaire après coup.

    2018-02-15 16.25.59_1518704936947_resized
    Un petit tour dans la mare aux tissus Tokyoite et mes revoilà avec le stress de couper mes adorables merveilles!

Bonne résolution

Mais la pseudo contemplation, le rêve platonique, emplis d’autant de craintes que de fantasmes, c’était 2017 et c’est FINI !

Parce que pour 2018, j’ai UNE bonne résolution : la confiance en moi ! Et cette confiance, je veux la construire sur de bonnes bases qui viendront exploser le manque actuel qui me retient de transformer ces beautés juste par peur de le (leur) faire mal. Quand j’y réfléchis un peu, même en couture le manque de confiance en moi me cantonne dans ma zone de confort : « Et surtout qu’il ne m’arrive rien… » Et ça, ça ne me fait définitivement pas rêver.

Donc ma bonne résolution 2018 ne porte pas sur des restrictions d’achat (règles de base restant toujours applicables) ou sur une volonté de révolutionner ma garde-robe (analyse basic-impact restant d’actualité). Non, cette année la bonne résolution c’est de me lancer à corps perdu dans mes coupons chéris, mes précieux, mes merveilleux. Arrêter de regarder avec admiration, commencer l’aventure le cœur léger, me transformer, les transformer, nous unir.

Même pas peur…

Vous avez aussi ce syndrome là ? Vous vous faites aussi intimider par vos coupons ? Ou peut-être suis-je la seule ???

 

PS: Aussi tôt dit, aussi tôt fait, j’ai coupé une merveille laine camelle ramennée dde ma virée Tokyoiste. J’en ai frisonné, mais le résultat est parfait. Je vous montre ça très très vite!

SONY DSC
Attention, attention, réalisation d’amour avec un tissu d’amour bientot sur le blog!

 

Advertisements

21 thoughts on “[Fabric Addict] Le paradoxe de la pierre précieuse et bonnes résolutions 2018

  1. Dans l’atelier, c’est déménagement prévu dans 4 mois… Donc tous les précieux vont aller dans des cartons, en attendant que je puisse leur faire un sort… un jour…et que le futur nouveau atelier soit prêt à les accueillir.
    Mais quand on se rend compte qu’en additionnant les petites merveilles aux moins précieux, aux tissus lambda avec projet, aux tissus lambda sans projets, … on atteint la somme de plus de 1000 (oui oui 1000) coupons de minimum 1 mètre (parce qu’en dessous ça compte pas hein!), bah on admet qu’on est atteinte effectivement du paradoxe de la “Pierre précieuse” et qu’il sera bientôt temps de prendre également de bonnes résolutions !

    Liked by 1 person

    1. 1000, waaaaw, mais on appelle plus ça un atelier, on appelle ça la caverne d’Alibaba!!!! C’ets vrai les déménagement sont souvent propices à faire le point, je connais cette situation!!! bon courage pour le tien!!

      Liked by 1 person

  2. C’est toujours aussi agréable de te lire. Surtout quand c’est pour se retrouver entièrement dans tes mots.
    Genre PLEINEMENT, ENTIEREMENT, TOTALEMENT ! C’est tout à fait moi !
    Ma bonne résolution 2018 à moi c’est pas de couper dans les coupons précieux. C’est juste de couper les coupons qui ont un projet. (Et déjà ça en fait un stock et y’aura peut être quelques coupons précieux dans le lot ;)).

    Liked by 1 person

  3. Wow, il a l’air magnifique ce lainage !
    Oui j’ai le même syndrome, avec des tissus bien enfouis, mais je me dis depuis quelques mois qu’il est largement temps de remédier à ça, alors petit à petit j’écoule mon stock et prends plaisir à voir de beaux tissus sur mes épaules. Mais c’est sur que pour certains c’est compliqué de couper dedans… Donc en attendant de me faire un meuble/table de coupe, ils sont toujours dans les cartons non déballés depuis cet été !

    Liked by 1 person

  4. Que voilà un billet philosophique! Et amusant, j’adore le paradoxe de la pierre précieuse. Mais voyons les choses sous un autre angle, ou plutôt avec une expérience différente: tout le monde connait les héritages de trousseau, ces piles de draps neufs mais déjà jaunis, ces torchons soigneusement ourlés et brodés mais déjà mangés aux mites (ou aux souris, ou les deux), qui ne nous sont plus d’aucune utilité, mais que nos grands-mères avaient hérité d’une grand mère et conservaient en vue d’en charger les générations futures….Finalement les draps brodés ont fini à la brocante, et les torchons à la poubelle, ou au recyclage. En revanche, sont restés les jupons de mariage matelassés, les courtepointes piquées, les boutis, lentement cousus point à point, brodés d’une farandole de symboles, dont les tissus précieux ont été utilisés en grand (autrefois, chaque robe avait la capacité d’être agrandie ou rétrécie suivant les aléas de la vie, on faisait des plis mais on coupait le moins possible)
    Oups je crois que je me suis laissée emporter par ma passion des tissus anciens!.
    Alors, faisons vivre nos beaux tissus!

    Liked by 1 person

    1. C’ets chouette de lire ta passion pour ces beaux tissus. Comme je te comprend. J’ai récemment terminé un livre qui s’appele “au fil des souvenirs” de Victoria Hislop, c’est de ce bel univers de couturières de cette époque d’avant le prêt-à-porter, si ça t’inerresse! 😉

      Like

  5. Enfin un syndrome que je n’ai pas, yipeeeeee ! Non, moi je coupe dans tout sans aucun problème. Par contre, je garde les chutes. Oui même les minis, pour garder une trace de ce magnifique tissu … mais là aussi, j’essaie de me soigner et c’est pas facile …….

    Liked by 2 people

  6. J’ai également ce syndrome, surtout pour les tissus un peu cher (tout tissu coutant plus de 20€/m entre dans cette catégorie pour moi) et tout tissu-souvenir (dans mon cas j’ai un problème de dentelle et de laine aussi XD )
    L’année dernière j’ai eu cette même résolution dans le cadre de la garde robe capsule, et je n’ai pas eu que des succès ou des chemins semés d’embuches. Du coup ça m’a un peu calmé pour cette année, même si je compte faire sa fête aux crêpes d’Aniline que j’admire dans ma caisse depuis 2 ans. Par contre ma précieuse flanelle de laine griffé restera encore au dodo XD

    Bon courage dans ton projet!

    Liked by 2 people

    1. Haaaaa, on est assez nombreuses dans le clan des fétichistes-frileuses!!! Comme je te comprend. mais ça ne sert à rien non plus de gaspiller ces merveilles, hein!! juste d’en profitez à leur juste valeurs!!! Le projet avance bien pour le moment. Dans l’ombre, mais le grand changements sont pour bientot!! Merci!

      Liked by 1 person

  7. Haaa, les névroses tissuesques…
    Alors, moi, je coupe, j’y vais franchement dès que j’ai le projet associé. Parfois un peu témérairement, sans toile, ni rien, car j’ai fini par réaliser qu’il y avait toujours de nouvelles merveilles à découvrir et que pour les acquérir, il fallait bien faire un peu de place… ; et maintenant quand je vois un tissu unique et merveilleux, j’en prends directement un bon métrage, pour ne pas me sentir frustrée et pouvoir réaliser 2 projets dedans, et du coup, j’ai moins peur de me louper.
    MAIS quand arrive la fin du coupon, je garde toujours les moindres petits morceaux de chutes de ces précieux. SI beaux, si uniques… Alors j’entasse les morceaux de 5-10 cm, au milieu de mes tissus, incapable de m’en séparer tout en sachant que je ne pourrai strictement rien en faire. Régulièrement je les sors, je les trie, et j’arrive parfois à en jeter quelques petits morceaux.
    Je me dis que devrais peut-être juste en faire un petit catalogue, avec leur histoire à chacun, ça règlerait le problème…

    Liked by 2 people

  8. Tes syndromes sont joliment décrit et je suis complètement à l’opposé. Je n’accumule quasiment pas. Le trop plein m’opresse et tant que je n’ai pas évacué le trop plein je suis en incapacité d’acheter de nouveau tissu! J’ai quand même un stock de tissu raisonnable et si j’achete un précieux c’est pour un projet précis et je le coupe immédiatement.
    Pareil pour les petites chutes… après les avoirs gardés pendant longtemps, je me suis rendue compte que je n’en faisais jamais rien, maintenant je les donne à recycler ou aux maîtresses de maternelle.
    En tout cas ton syndrome est fort intéressant et je comprends que le poids de l’emotion liée à un achat puisse être un facteur bloquant à la création. Mais à l’inverse quelle bonheur de pouvoir s’envelopper d’un tissu ayant toute cette histoire et le sentiment de bien-être qu’il peut procurer de par son pouvoir précieux…

    Liked by 2 people

  9. Argh moi aussi j’ai ce syndrome. Plein de beaux précieux dans lesquels je ne peux pas encore couper. Mais cela faisait aussi partie de mes bonnes résolutions de l’année dernière, d’attaquer régulièrement un précieux, quitte à faire une toile avant histoire d’avoir moins de pression.. Mon plus beau précieux une sorte de panne de velours et soie dans des couleurs changeantes pour lequel je n’ai toujours pas de projet, mais il se suffit à lui-même pour le moment. En ce moment, je suis également en train de ressortir mon stock de précieux, faut absolument que je me lance.. Hâte de voir ta réalisation précieuse..

    Liked by 2 people

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s