Pantalon, une histoire du quotidien

Je suis une femme à pantalon, comme certains sont des hommes à montre, ou des enfants à chocolat. Je suis une femme à pantalon, pour le confort, pour le côté pratique et aussi pour protéger ma silhouette. Je trouve que les jupes me grossissent, me donnent un air potache et mettent en valeur mes excès. Et la vie est bien trop courte que pour porter des vêtements dans lesquels on ne se sent pas vraiment bien et pas vraiment jolie pour une insignifiante volonté de se conformer à une certaine vision de la femme et de la féminité. Ma vie, je la passe en pantalon.

SONY DSC

N’est pas pantalon du quotidien qui veut

La majorité de mon temps je le passe dans une bonne paire de Jeans (cousue de ma main). Je le traîne dans les événements mondains de l’ambassade, dans des réunions pro très sérieuses, pour les sorties avec les copains et pour les ballades en montagne. Résultat des courses, je vous en faisais part dans mon analyse de garde-robe il y a quelque mois déjà :j’ai l’impression d’être constamment habillée de la même façon. Forcément, la moitié de ma tenue étant presque invariable, en termes de variété on a déjà vu plus créatif.

Des Ginger Jeans, j’en ai trois. Le premier, en toile Jeans bleue passe le plus clair de son temps dans la machine à lessiver et sur mes fesses, rarement dans la penderie. Le second est dans un tissu trop léger pour cette saison hivernale, quoiqu’en dise le thermomètre avec les 16°c de ce mois de Janvier. Quand au troisième, je l’adore, mais son tissu largement moins basique en fait une pièce pour sorties spéciales. Bref j’adore Ginger, mais je suis sur le point de lui faire des infidélités. Pour le changement, pour la découverte, pour le besoin de renouveler mon style (soyons fous !!). Bref, une véritable infidélité en couture de pantalon.

SONY DSC
Monsieur Marcel, jamais inspiré pour prendre des photos de pantalons….

Pour arriver à réaliser un pantalon qui soit différent et soit autant porté que mes Jeans, il me faut au préalable un cahier des charges qui remplisse obligatoirement les critères suivants :

  • Confortable en tout circonstances
  • Solide, voire inusable
  • Mettable avec une grande partie de ma garde robe.

Bref, un basique !! Rien de moins basique que de vouloir le changement de son vrai bon basique !

SONY DSC
les poches redessinées

Du changement mais au quotidien

Donc je voulais du changement. Mais un changement qui soit compatible avec mes envies quotidiennes au radar du matin, simple à enfiler et confortable. Ne soyez pas trop dure avec moi, je suis bien consciente que ce changement n’est pas aussi radical que celui que je vous ai fièrement exposé avec mon Ginger fleuri. Mais l’enjeu ici est bien différent : je ne suis pas à la recherche du coup d’éclat mais bien de la diversité au quotidien. Je me connais et je sais que pour être compatible avec mon habillement du matin, il faut à tout prix respecter les critères de base sus-exposés sous peine de vivre sur une autoroute mono-style 24/7/365 (Non, pas la nuit quand même !).

SONY DSC
Vision postérieure…..

Donc si changement il y a, il peut vous sembler relativement subtil au premier abord. Mais détrompez vous, le changement est en fait tout en profondeur. Premièrement la couleur. On est loin de mon indigo chéri avec ce noir très intense, presque ténébreux. Ensuite le vrai changement, c’est la coupe. C’est une coupe de pantalon droit avec pinces dans le dos, ou plutôt sur le haut des fesses ! On n’est loin de la coupe Jeans, même si avec cette couleur, je vous l’accorde on n’y voit goutte. Mais faites moi confiance, je suis dans le changement et dans la profondeur, cela vaut bien mieux que le changement de vernis.

SONY DSC

Le tissu

Le tissu est un sergé noir qui vient du Marché Saint-Pierre à Paris. Fait assez rare, il est dans mon stock depuis environ huit ou neuf mois. Le temps de vie de mes tissus dans mon stock peut être représenté par une courbe en forme de baignoire. Autrement dit, soit je couds très vite le tissu nouvellement acheté (dans le mois suivant son achat), soit il languit jusqu’aux chalandes grecques au fond de mon stock (un an ou bien plus) avant de resurgir. L’entre-deux est somme toute assez peu fréquent, sauf cette fois. Lors de ce « petit » arrêt aux Marché Saint Pierre, l’année dernière (je vous en parlais ici), trois coupons ont rejoint mon stock :

  • Un coupon de lin qui a été transformé directement en pantalon d’été (le début de la courbe en baignoire),
  • Un coupon noir dont il est question aujourd’hui (l’incongru hiatus dans ma courbe en baignoire)
  • Et une cotonnade à carreaux qui sera éventuellement transformée quand son jour viendra (la fin, peut-être, de ma courbe en baignoire)

    SONY DSC
    Petit insert d’une chute de coton utilisée pour un chemisier passepoilé. Je peux assortir mon chemisier à ma braguette de pantalon. Fashion faux pas vous pensez??

Ce tissu noir avait été acheté avec l’idée de le transformer en blazer professionnel passe-partout-business. Un coupon de trois mètres d’un beau sergé noir pour la modique somme de vingt Euros ; voilà qui serait parfait pour tester les techniques de couture « tailleur » que j’ambitionnais d’apprendre. Hum hum ! L’ambition, comme trop souvent chez moi, est allée faire un tour ailleurs, probablement avec mon Mojo couture qui s’est fait la malle pendant une bonne moitié de l’année 2017. Quand Mojo a repointé le bout du nez après des mois de silence, les saisons et les besoins avaient largement changé. Une veste de blazer noire ? Des techniques « tailleur » ? Pour quoi faire ? C’est bien d’un pantalon dont j’ai besoin. Et c’est comme ça qu’on démonte un plan couture, en quelques mois d’inaction totale. Un Mojo ça s’entretien.

SONY DSC

Le patron

Je voulais nécessairement une taille haute. Pas pour une question de mode, mais pour une question de confort et aussi d’esthétique. Les tailles basses sont moins compatibles avec mes hanches arrondies 😉 , c’est comme ça. La hauteur de taille n’étant en général pas spécifiée sur les patrons (niet, nada, que dalle), j’ai passé un temps certain à mesurer les hauteurs de fourches des patrons pour les comparer à mes pantalons. Pratique, je vous raconte pas…

Bref, taille haute et coupe droite. Qui dit coupe droite dit tissu non élastique. Mon tissu est très légèrement élastique (de l’ordre du pourcent), c’est non significatif il me semble.

SONY DSC
Pas simple de photographier un pantalon, alors un pantalon noir, c’ets encore plus dur….

Le patron du Fashion Style hors série 4H 2017 (pantalon 9) semblait correspondre à pas mal de mes critères et je me suis donc lancée. J’ai pris mes mesures, consciencieusement, et selon le tableau des mesures (et à mon ego défendant), j’ai coupé un 44. Oui, oui, j’ai l’habitude de couper du 40 ou parfois du 42 de temps en temps. J’ai sérieusement fait gloups mais j’ai obtempéré.

pantalon 3
Fashion STyle hors série 4H 2017. Les coupes générales des pantalon 9 et 10 sont exactement similaires

 

J’ai dû me tromper quelque pat, parce que j’ai bien repris trois centimètres de chaque côté du pantalon (ce qui fait tout de même douze centimètres de tour de taille), plus quelques centimètres à l’intérieur des jambes. Une vraie boucherie de la retouche mais un grand réconfort personnel. Je suis donc bien incapable de vous donner des informations sur comment taille ce maudit patron, puisque finalement j’ai quasiment bâti le pantalon sur moi.

SONY DSC

Pas simple dans ces conditions de décider du moment auquel arrêter les modifications. Trop près du corps, pas assez, plus, moins, plus ou moins?? Encore?? Finalement, comme bien souvent dans le doute, la meilleure technique reste de s’abstenir, de poser l’ouvrage, d’aller faire un tour (de plusieurs jours) et de revenir la tête sereine pour poser la retouche finale d’un coup de clairvoyance magique.

En plus des modifications évidentes concernant le fit, j’ai aussi modifié les points suivants :

  • J’ai redessiné les poches devant. Les poches prévues étaient des poches passepoilées verticales. Surement un bel acte de couture, mais pas mon trip au quotidien. Les poches italiennes préconisées pour les pantalons droits n’ont pas d’avantage retenu mon attention étant donné leur propension à bailler et ainsi impacter visuellement la largeur de mon bassin, lui qui n’en a pas besoin. J’ai redessiné des poches façon Jeans avec la technique du Ginger (finalement revoilà ce bon vieux Ginger) qui consiste à prolonger les poches vers la fourche avant. Les poches sont ainsi prises dans les coutures de la braguette et sont maintenues constamment en place ce qui évite les bourrelets de tissu des poches mal positionnées,
  • Pas de poche arrière. Je les aurais voulues passepoilées celles là, mais la flemme a parlé…
  • Pas de passants de ceinture, pas besoin avec cette taille haute ajustée juste comme il faut.

    SONY DSC
    De dos, je n’y échappe pas pour un pantalon.

Retour d’expérience et analyse de détail

Après quelques semaines, je suis assez contente du résultat. J’adore le porter, il est effectivement très confortable et va admirablement avec toute ma garde-robe (ou presque). Il est très régulièrement de sortie et c’est la plus grande preuve de ma réussite. Deux petits bémols cependant (toujours toujours…).

  • Primo, c’est un aimant à poussière et autre particules volantes non-identifiées. Grrrrr
  • Deuzio, Monsieur Marcel n’aime pas… Re-Grrrrrrr

Oui, c’est certainement pour moi que je couds et pas pour lui (mon plaisir, mon confort, etc.). Mais son regard est indéniablement important. Alors, il s’habituera ou s’habituera pas le Monsieur Marcel à ce changement de forme ?

 

 

Advertisements

8 thoughts on “Pantalon, une histoire du quotidien

  1. Je dirai bien “les pantalons, c’est la vie” mais … je préfère la raclette 🙂 !
    En tout cas, oui, changement subtil mais changement tout de même … N’y voit-on pas poindre l’aube d’une nouvelle année ?
    & quel dommage, ces tissus aimants à poussière. Faudrait en avoir toujours une pincée sur soi quand on va acheter des tissus !

    Liked by 1 person

  2. Je sors justement d’un nouveau pantalon, après le ginger dont je suis raide dingue folle (mais que c’est dur de trouver du vrai jeans NOIR avec suffisamment d’élasthanne – mon graal-)
    Et l’heureux élu a été le SASHA trousers de chez Closet Cases Files, qui reprend les codes du pantalon “classe” de tailleur avec les poches passepoilées au dos, … et les poches avant prises dans la braguette comme le ginger. il lui faut un tissu avec une très légère élasticité (mon satin de coton qui peinait à atteindre les 10% est toutefois niquel) J’ai été en mourrance totale d’amour (après un léger fit des jambes tout de même) même si mon tissu également un aspirateur à poussières et autres poils (merci mon chat angora, je t’aime mais…)

    Fin bref tout ça pour dire que c’est un modèle qui à mon humble avis pourrais plaire ici
    Il n’empêche que celui du Fashion style une fois ratiboisé est très sympathique !!!!

    Liked by 1 person

    1. OUi, j’ai aussi regardé ce patron, après c’est assez dur de juger je trouve du rendu d’un pantalon rien que sur le dessin technique…. beaucoup plus dur que pour les autres vêtements…

      Like

  3. Moi aussi, je suis une femme à pantalons et je te comprends parfaitement !
    J’avais hâte de savoir quel patron tu avais utilisé dans ma quête du pantalon non-slim parfait (pour le slim, j’ai déjà ginger – aussi- et safran). ben oui, je dois avoir une morphologie de fesses particulières, j’ai été très déçue par le patron Port qui donne (visuellement seulement mais c’est déjà beaucoup) une impression pas glamour de pantalon qui rentre dans les fesses. Petite déception donc quand je lis l’origine de ton patron (et les modifs que tu as dû faire).
    Il n’en reste pas moins qu’avec toutes les retouches que tu as faites, il te va très bien ce pantalon.
    Et oui, Monsieur Marcel va s’habituer, il faut seulement qu’il le voie suffisamment souvent.

    Liked by 1 person

  4. Et bah moi je suis une femme à robe exactement pour les mêmes raisons que toi pour le pantalon!!! Mais la n’est pas le sujet. Ton pantalon te va très bien. La Fourche et le fit sont parfait, à vrai dire je ne vois pas trop ce que Mr Marcel peut lui reprocher?!?

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s