Pratique et confort hivernal, ou la ré-interprétation du Burda.

Le confort c’est le vrai luxe des vêtements doudous. Ceux qu’on enfile sans s’en rendre compte, qui nous tiennent chaud, qui nous laissent libres de nos mouvements et qui nous protègent des courants d’air. J’appelle mon arme hivernale pour le confort : la veste molletonnée doudou.

Veste Burda December 2012 sweat molleton

Besoin urgent

Je travaille en général beaucoup depuis la maison, posée devant mon ordinateur. La combinaison du carrelage froid et de mon activité physique inexistante (hormis le mouvement des phalanges) résulte inexorablement dans une sensation de froid peu agréable. Le froid faisant son arrivé plutôt que prévue, le besoin urgent de chaleur est devenu prioritaire sur mes autres envies couture ; besoin de confort.

Pour une fois, j’avais anticipé (trop fière la Marcelle). Et oui, ce projet fait partie de ma liste d’inspirations pour cet automne/hiver. Las, je n’avais pas du tout anticipé que ça serait la seconde pièce que je réaliserais en premier tant j’ai été surprise par la chute du thermomètre.

Veste Burda December 2012 sweat molletonJ’avais déjà tenté l’année passée de combler mon besoin de pull tout confort et ce pull/veste molletonné fut un vrai succès. Il remplissait tous les critères du pull doudou (confort, confort, chaleur, grand col, confort, etc.). Tous les critères… Mais pas celui de la longévité. Le molleton bouloche comme un adolescent couvert d’acné. Je le garde par sentimentalisme mais ça me fait mal de le porter tant la déception est profonde (toute proportion gardée bien entendu). RIP.

Veste Burda December 2012 sweat molleton

Je savais dès lors que je voulais lui faire un petit frère, ou un petit cousin, cousine, au choix.

Le cahier des charges :

  1. Longues manches.
  2. Fermé devant par une tirette (autant varier par rapport à ma réalisation précédente).
  3. Un grand col doublé bien haut (autant garder ce que j’aime de ma réalisation précédente).
  4. Des poches.
  5. Assez long pour éviter les courants d’air dans le bas du dos.
  6. Une découpe plus féminine. Enfin aussi féminine que possible avec ce genre de modèle molletonné.
  7. Des finitions au biais contrastant (Gniiiiii du biais contrasté).

    Veste Burda December 2012 sweat molleton
    Intérieur doudou et biais fleuri!

Tissu et patron.

Ce tissu doudou parfait je suis tombée dessus (Badaboum) au Chien Vert à Bruxelles, en plein mois de Juin. Je l’ai touché et j’ai su que ça allait être mon atout confort pour cet hiver, le tout en plein été. C’est vous dire à quel point ma frustration bleue foncée avait laissé des traces l’hiver d’avant. J’ai donc pris 1m50 de cette douceur sous le bras (l’autre bras libre pour les autres coupons hum hum) et je me suis mise doucement à rêver de sa transformation.

Le patron n’était pas une évidence. Et j’ai longtemps balancé entre refaire une adaptation du Monceau de Cozy Little World (déjà expérimenté, simple, efficace, résultat assuré) et ce patron Burda (Patron 139 Décembre 2012) : aka l’inconnu. Aussi peu probable que cela soit, j’ai choisi le patron qui est le moins adapté à mon projet : Burda.SONY DSC

(Note: Si j’avais vu cette version de veste de noueuse d’auiguiles de Papavero, je me serais probablement pas posée la question longtemps, ce patron est tous ce qui me fait rêver. C’est ultra canon)

Adaptation du patron

Donc ce patron Burda. Il a des poches, une fermeture éclair, des découpes princesses et hormis sa capuche il semble correspondre point par point aux exigences du cahier des charges. Minute papillon ; ce serait trop simple… Deux hics cruciaux sont à déplorer :

  1. Ce patron a été réalisé par Burda avec une sorte de drap de laine Loden, autant dire tout de suite que ça n’a strictement rien à voir avec mon molleton doudou.
  2. Les finitions proposées par Burda sont quelque peu surprenantes : les pièces sont cousues envers sur envers (oui oui oui) et toutes les marges de coutures sont de facto apparentes.

Veste Burda December 2012 sweat molleton

Bref, je savais que ça n’allais pas être de la tarte. Ceci dit, je partais avec un avantage non négligeable en poche : ma bonne vieille veste polaire. Je traine cette polaire (de chez Décathlon pour être honnête) depuis des années. Elle a aussi des découpes princesse et même si la coupe des emmanchures est fondamentalement différente, je comptais valider le patron Burda en comparant les mesures avec ma vieille pelure pour prendre en compte les caractéristiques particulières de mon tissu, en opposition avec celui recommandé par Bubu.

Veste Burda December 2012 sweat molletonLa bonne idée. Sauf que je n’ai pas appliqué la technique au bon moment. En effet, j’ai un blocage existentiel qui fait que je n’arrive pas à couper un 38. J’ai bien trop peur d’être trop étriquée et de ne pas pouvoir récupérer le coup. J’ai donc d’abord coupé mes pièces en 40 puis je les ai comparées à ma polaire pendant le montage.

C’est parfaitement idiot, maintenant je le sais. Si j’avais pris la peine de vérifier les pièces avant de les couper, j’aurais pu couper une taille 38 voir 36 (au vu de tout ce que j’ai retiré) et ça m’aurait fait économiser du tissu pour un éventuel autre projet. Du coup j’ai systématiquement retiré des centimètres de tissu lors du montage. J’ai retiré quelques 6 cm sur le tour de manche et bien 12 cm sur le tour de buste. Honteux gaspillage.

SONY DSC
Je les fais ou je les fais pas les surpiqures sur le col?

L’autre adaptation majeure c’est l’évacuation de la capuche et l’ajout du grand col confortable qui est un Must pour moi. Bien sûr j’ai envisagé de laisser la capuche, finalement ça tient chaud aussi, non ?? Mais sur ce coup-là, c’est monsieur Marcel qui m’a confirmé que l’option capuche ça risquait de mettre en avant un style légèrement trop « casual ». L’idée c’est de rester très confort, mais avec autant de style que possible. Dans la limite du possible bien évidemment : ça reste un sweat à tirette !

Les finitions

Voilà bien le gros morceau de cette réalisation. Oui, parce que comme mentionné plus haut, les finitions proposées par Burda m’ont laissée bof bof de marbre. Bref, une fois le patron recopié, j’ai fermé le magazine et j’ai fait fonctionner mes méninges. Pour la séquence d’assemblage d’abord, mais surtout pour les finitions.

SONY DSC

Les changements principaux apportés sont :

  1. Les biais de finition : Ce système de propreté est celui utilisé pour tous les sweat ou les polaires à tirette. Le ruban de propreté généralement utilisé est un ruban en sergé. Le ruban n’est donc pas replié sur la longueur étant donné que les bords du ruban ne s’effilochent pas. Evidemment je voulais utiliser un biais joliment contrastant pour féminiser un peu ce sweat. La particularité du biais, c’est qu’il doit être plié sur lui-même et que j’ai du multiplier les coutures pour avoir un rendu nickel :
    • une couture de montage invisible pour maintenir le biais sur la tirette,
    • une couture de maintient du biais du coté de la fermeture éclaire pour éviter d’avoir le biais qui se prendrait dans la tirette,
    • une couture de l’autre coté pour cacher les surplus de couture ainsi que la bande de support de la fermeture éclaire à proprement parler.
    • Pour le col, j’ai aussi voulu ajouter une touche de couleur. Le problème du biais utilisé pour la propreté (tant au niveau de la tirette que pour le col) c’est qu’il implique de faire une surpiqure sur l’endroit du vêtement et qui sert en même temps à maintenir le biais en place. Autant vous dire qu’avec toutes ces épaisseurs, et ce molleton qui a une bonne propension à se détendre, il y à intérêt à épingler consciencieusement. En effet, la couture se fait sur l’endroit du vêtement pour avoir une jolie surpiqure régulière (enfin, la plus régulière possible hum hum), dès lors on ne voit pas ce qu’on fait sur l’envers et le risque est grand de piquer à coté du biais. Beaucoup de vigilance pour un résultat perfectible, mais au final je suis quand même bien contente de mon travail. Bref, beaucoup de boulot, mais quel résultat !Veste Burda December 2012 sweat molleton
  2. Surpiqure un jour, surpiqure toujours : J’ai surpiqué presque toutes les coutures. Avec du molleton c’est peut-être une idée saugrenue, mais je suis assez contente du résultat. D’une part la surpiqure maintient le surjet sur l’intérieur (couture super solide) et d’autre part donne un coté assez structuré et pro au vêtement sur l’endroit. Bien sûr le passage des épaisseurs notamment aux coutures n’est pas des plus aisé, la surpiqure est par endroit un peu volage. Seul l’œil expert de monsieur Marcel y fera attention. Je n’ai cependant pas surpiqué les pans de devant au niveau des poches. En effet, je ne me suis décidée de me lancer dans les surpiqures qu’au moment du montage et les poches étaient déjà cousues, c’était trop tard. J’ai aussi limité les surpiqures sur le col. Le trop est l’ennemi du bien. Ceci dit, pour ces surpiqures-là, je pourrais toujours changer d’avis si le cœur m’en dit !

    Veste Burda December 2012 sweat molleton
    Surpiqures, bonjour!
  3. Finition d’ourlet : J’ai inséré un élastique rond fin assez nerveux dans l’ourlet du bas du sweat et des manches. Concernant l’ourlet du bas du vêtement, le but est d’éviter les courants d’air et de garder le sweat au plus proche du corps. Pour ce faire j’ai pris un élastique de 4 cm plus court que la longueur de l’ourlet. Concernant les manches j’ai procédé de la même façon sauf que l’élastique n’est pas plus court que le diamètre à cet endroit. Il sert simplement à éviter que les manches ne s’élargissent avec le temps si j’ai la mauvaise habitude de les retrousser. En somme j’essaye de mettre toutes les chances de mon coté pour que cette réalisation passe plus qu’un hiver sur mon dos.
  4. Poches douillettes : Je dois bien vous avouer que ce point m’a longuement turlupiné. Les deux points antagonistes étant : faire un sweat doudou et ne pas avoir du doudou dans les poches pour se coincer les mains bien au chaud, c’est trop bête. D’autre part, trois épaisseurs de molleton sur le ventre, c’est probablement pas nécessaire étant donné ma protection naturelle (qui au demeurant officie aussi très bien le reste de l’année). Bref j’ai fait un compromis, une épaisseur de molleton tout doux et une épaisseur de jersey débordant du bac à chutes.

    Veste Burda December 2012 sweat molleton
    Le jersey un peu fleuri du bac à chutes!
  5. Fixation des poches, la petite astuce : petit détail mais qui a son importance, comme expliqué plus haut je n’ai pas fait de surpiqures pour les poches au moment du montage (et je le regrette). Mes poches avaient tendance à bouger et à s’ouvrir. Pour les maintenir en place j’ai utilisé du thermocollant double face en ruban qui fait le travail de la surpiqure en maintenant le jersey de la poche à sa place. Fallait y penser ; j’y ai pensé ;-).

Veste Burda December 2012 sweat molleton

Conclusions et chipotages

Je suis bien contente de m’être détachée du Burda pour la réalisation de ce sweat. Et je n’ai eu que très peu de chipotages à faire. Certaines coutures de finition ne tombent pas pile-poil parfaites (notamment le biais au niveau du col), mais découdre un point élastique sur du molleton c’est casse c… …bonbon, alors j’ai limité au strict minimum les excursions du découd vite.

Veste Burda December 2012 sweat molleton
Chaud et confort (et amour), c’est tout ce qui compte!

La tirette à tendance à faire une grande ondulation et forme une bosse au niveau de mon ventre lorsque je suis assise. C’est quelque chose qui arrive avec tous mes pulls à tirette. Mais comme je pensais que celui-ci était un peu magique, j’espérais secrètement que ça ne serait pas le cas… Espoirs déçus ; à quand la tirette élastique?

Ma vraie préoccupation enfin concerne la durée de vie de cette brillante réalisation. Si après 6 mois je ne peux plus la porter parce que le tissu bouloche ou que les coutures ne tiennent pas, alors j’arrête la couture !! (Menteuse). Je porte depuis plus de 6 ans la polaire sus mentionnée en provenance directe des usines de Décathlon. Pourquoi n’en serait-il pas de même avec mon sweat doudou?

Les paris sont ouvert ; sincèrement je croise les doigts. Je me suis donnée à fond pour les finitions, mais ça ne fait probablement pas tout !

Et vous ça vous arrive aussi d’avoir des vêtements qui ne tiennent pas dans la durée ? Vous faites quoi pour éviter ça ?

Veste Burda December 2012 sweat molleton
Yihaaaaaa

 

Advertisements

18 thoughts on “Pratique et confort hivernal, ou la ré-interprétation du Burda.

  1. Elle est au top cette veste ! Je me dis depuis plusieurs années qu’il faudrait que je m’en couse une aussi pour le boulot…
    Pour le problème des bouloches, je comprends ton énervement. Ca me fait ça avec les tricots ! de quoi bien énerver car tricoter me prend des plombes !

    Sinon, je t’admire toujours pour la qualité de ton travail, ta technique et tes finitions. Me dis pas que tu as appris toute seule ou j’arrêtre moi aussi la couture (héhé)

    Liked by 1 person

  2. Il est chouette ton sweat ! Et drôlement joli à l’intérieur avec ces finitions au biais qui ont l’air de t’avoir donné des sueurs froides. En tout cas, bravo pour le montage modifié, finalement, tu as fait plein de choses à ta sauce.

    Liked by 1 person

    1. C’est ça que j’aime, faire les choses à ma sauce, mais comme tu le dis, ça me donne aussi des beaux moments de stress et parfois de solitude…. Mais quand c’est réussi, c’est un sentiment super positif (subtil mélange de fièrté, soulagement et de plaisir)!!!

      Like

  3. Et bien comme d’habitude quelle maitrise !! Tu m’épates chaque fois un peu plus parce que mine de rien ce sweat doudou n’a pas l’air d’être une mince affaire, tu peux être fière !! Je sens qu’il va avoir de longues années devant lui celui-ci 🙂

    Liked by 1 person

  4. La bouloche sur les vêtements : la vraie plaie !!! Alors, j’ai remarqué que ça dépendait beaucoup de la qualité du tissu initial + de la température de lavage (lus tu laves chaud, plus ça bouloche… – en tout cas de ma petite expérience-).
    Ce sweat est super joli ! Tes finitions m’impressionnent. Il va avoir une belle vie ce sweat.

    Liked by 1 person

  5. Doudou et féminin, moi je pense La jolie girafe direct 😉
    Sympa ton sweet, surtout le biais contrastant (j’adooooooore)

    La durée de vie des tissus chez moi est très problématique (j,avais ouvert un topic sur t&n à ce sujet d’ailleurs). J’achète pourtant des tissus plutôt chers (faut dire au mondial tissus a cote de chez moi, ya rien a moins de 10€….) et qui ne durent pas forcément. Quelle déception dans ce cas…. :/

    Liked by 1 person

    1. La durée de vie des tissus ets un des points cruciaux pour moi. le pire, c’ets que j’ai cette impression que les tissus dans le PAP ont rarement ce genre de défauts… ça me rends un peu dingue je dois avouer :-/

      Like

  6. Joli sweat douillet. Et comment le tissus a t il passé l hiver? Ton avis m intéresse, il y a bcp de beau tissus douillets au chien vert meme maintenant, j aimerais savoir si je peux investir pour l hiver prochain.
    Merci d avance

    Liked by 1 person

    1. Il n’a pas bougé. Et je le porte beaucoup.
      qq petites bouloches du coté de mon sac à main, mais vraiment pas beaucoup comparé à d’autres tissus! Fais toi plaisir!!

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s